Vivre et vieillir ensemble dans nos quartiers ruraux (VVEQR)


VVEQR

Présentation des résultats de la recherche-action

La crise sanitaire de la COVID-19 est venue bousculer les activités impliquant de repousser les échéances. Néanmoins, la phase 2 est maintenant terminée et les résultats furent présentés lors d’une conférence de presse virtuelle qui s’est tenue le 25 mai 2021. 

Communiqué de presse du 25 mai 2021

Rapport complet des résultats VVEQR

Rapport synthèse VVEQR

Présentation des résultats le 1er juin 2021

Feuillet explicatif

Le projet Vivre et vieillir ensemble dans nos quartiers ruraux en 3 étapes

En 2018, le Centre d’action bénévole de Rouyn-Noranda, en concertation avec des membres de la Table des ainés de Rouyn-Noranda, a mis en œuvre un projet communautaire global et innovant qui s’appuie sur diverses approches d’intervention pour guider ses actions, à savoir :

  • PRÉVENTION : le dépistage précoce des personnes ainées en situation de vulnérabilité ou à risque de l’être est une responsabilité collective qui se doit d’être partagée par l’ensemble des acteurs du milieu;
  • INFORMATION : pour que les personnes ainées utilisent les services, ils se doivent de les connaître;
  • CONCERTATION : le vieillissement de la population est un enjeu social qui concerne tous les acteurs de la société, c’est donc en combinant nos forces et en mutualisant nos ressources que nous pourrons répondre aux défis que cet enjeu soulève dans notre communauté;
  • SOLIDARITÉ : la mise à contribution de la communauté pour soutenir le maintien à domicile des personnes ainées et briser l’isolement social est un incontournable : les valeurs d’entraide et de solidarité et le souci des personnes ainées teintent le projet;
  • EMPOWERMENT : le respect des choix des personnes ainées et le développement du pouvoir d’agir sont à la base du projet, tant pour les personnes ainées que pour les collectivités rurales concernées;
  • PARTICIPATION ET INCLUSION SOCIALE : la participation sociale des personnes ainées au sein de la société est primordiale afin que chacun puisse y exercer son rôle tout en favorisant la création de relations intergénérationnelles porteuses de sens;
  • VITALISATION : la dévitalisation d’un milieu peut être évitée en renforçant le tissu social des membres d’une communauté et en développant leur sentiment d’appartenance, et ce, en favorisant leur participation aux actions qui les concernent.

Pour arriver à répondre aux besoins et ainsi favoriser le maintien des personnes ainées dans leur milieu, le projet a été structuré en trois phases, à savoir :

Phase 1 : Implantation du projet de travail de milieu dans les quartiers ruraux

C’est en octobre 2018 que la travailleuse de milieu est entrée en fonction, supportée par un comité de suivi. Agissant comme un pont entre les personnes ainées et les services, elle a pour mandat d’intervenir et de les accompagner, tout en collaborant à la mise en place d’activités permettant de briser l’isolement. Elle rencontre les personnes ainées et intervient auprès de celles vivant une situation de vulnérabilité. De cette façon, elle contribue au dépistage et à la prévention en référant et en accompagnant les personnes ainées vers les ressources pouvant répondre à leurs besoins. Elle a également pour rôle d’informer les organismes du milieu des besoins à combler et de collaborer à la recherche de solutions pouvant être mises en place. Voir la suite...

Phase 2 : Démarche d’animation citoyenne par le biais d’une recherche-action participative

La volonté clairement exprimée par les personnes ainées de rester chez soi, malgré les difficultés d’adaptation rencontrées, s’avère un élément incontournable de ce projet. Divers facteurs empêchent cette volonté de se concrétiser et malheureusement, arrive un temps où les personnes ainées doivent quitter leur foyer plus tôt qu’elles ne le souhaitent, faute de ressources. Ainsi, pour favoriser le maintien à domicile de ces personnes dans un « chez soi » significatif pour eux, il importe de mieux connaître ce qui pose problème, mais surtout, d’identifier des moyens d’action qui permettront de surmonter ces obstacles. Inspirée largement d’un projet mis en place dans la MRC de Joliette, nommée « Vieillir dans sa communauté rurale » visant à contrer l’exode des ainés, cette démarche de type recherche‑action participative s’inscrit dans un processus de réflexion où les personnes ainées vivant dans les quartiers ruraux seront au centre des préoccupations, mais surtout, où elles feront partie intégrante de la démarche. Le présent rapport constitue le fruit de cette démarche.

Phase 3 : Forum citoyen et mise en œuvre des projets

C’est à cette étape que les actions et les solutions ciblées par les personnes ainées seront mises en place, en cohérence avec les principes identifiés précédemment. Pour y arriver, il est prévu de tenir un forum citoyen rural à l’automne 2021 qui permettra de présenter les résultats de notre recherche, mais surtout, d’identifier les actions prioritaires. Un comité citoyen sera mis en place pour soutenir la démarche et organiser le forum. Le financement est déjà prévu pour supporter le volet planification.

Par une telle démarche, ce sont tous les partenaires et les acteurs qui seront mis à contribution pour établir un plan d’action global et intersectoriel qui permettra de favoriser le maintien à domicile des personnes habitant dans les quartiers ruraux. Les différents projets soumis pourront être mis en œuvre à partir d’un fonds spécifique qui sera rendu disponible pour les trois prochaines années sous la forme d’un budget participatif. Il va de soi que ce sont l’ensemble des acteurs qui seront appelés à contribuer, à soutenir, et donc à coconstruire le Vivre et vieillir ensemble dans nos quartiers ruraux.